x
Menu  
À la une   Chantiers   Économie   Entreprises   Hommes & Métiers   Matériaux   Matériels   Salons   Newsletters
Carrefour de l'Eau 2021 : le programme
Carrefour de l'Eau 2021 : le programme
Plus de 100 conférences et 20 parcours thématiques seront proposés au Carrefour de l’Eau qui débute dans 2 jours. 100 % digitale, l’édition 2021 proposera des sujets faisant écho à l’étude d’idealCO sur les priorités des collectivités en matière de gestion de l’eau : limiter l’impact environnemental du patrimoine de l’eau ; accentuer les projets de renaturation ; et renforcer les liens avec l’usager. 
 
 
Les infrastructures de l’eau face au changement climatique
 
Les tensions autour de la ressource en eau se font sentir. C’est pourquoi le sujet des économies d’eau s’est accéléré avec pour objectifs d’éviter les fuites d’eau, sensibiliser les acteurs et les usagers à diminuer leur consommation, mieux partager la ressource en cas de tension. D’autre part, la qualité des eaux traitées est un enjeu majeur pour atteindre le bon état des masses d’eau : autour du volet auto-surveillance des systèmes d’assainissement et de l’objectif de diagnostic permanent concernant la performance des systèmes d’épuration.
 
Le 5 mai à 14h : le Ministère de la transition écologique organise avec la FNCCR une conférence « Objectif : économie d’eau. Accompagner la réduction des consommations d’eau tout en maintenant l’équilibre économique du service : leviers et bonnes pratiques. » Bérangère Abba, Secrétaire d’État auprès de la ministre de la Transition écologique chargée de la Biodiversité, introduira cette session ponctuée par la remise des trophées du Club des bonnes pratiques d’économies d’eau.
 
Le 5 mai à 16h30 : Eau du Bassin Rennais, Eau de Paris, Rennes Métropole présenteront des actions de recherche publique dans un atelier intitulé « Eau potable et Assainissement, les collectivités s’adaptent au changement climatique et aux pollutions émergentes par la Recherche ». Eau du Bassin Rennais présentera les premiers résultats des travaux relatifs à la Chaire « Eaux et Territoires », créée en 2019 avec la fondation de l’Université Rennes 1. Focalisés sur l’évolution des ressources en eau dans la perspective du changement climatique et de l’augmentation des pressions provoquées par l’action de l’homme, ces travaux s’intéressent notamment aux bassins Versants du Meu et de Chèze-Canut fournissant près de 30% de l’eau potable de la Métropole (photo ci-dessous : barrage de la Chèze).
 
Le 5 mai à 14h : 3DEAU (spécialisé dans la mesure et la modélisation hydraulique) proposera un atelier sur le sujet de la connaissance intitulé « Mesure de la pollution des déversements et diagnostic permanent. » Le critère « flux » est retenu par de nombreuses collectivités comme critère de conformité collecte par temps de pluie. Cet atelier traite de la mesure de la pollution des déversements (autosurveillance) et du lien avec le diagnostic permanent.
 
Des projets de renaturation qui se développent
 
Avec le changement climatique qui impacte la qualité de l’eau, de l’air, de la santé… les collectivités françaises accélèrent la transition écologique et les projets de renaturation s’inscrivent dans une nouvelle dynamique d’aménagement territorial. Objectif : prendre en compte et s’inspirer de la nature pour construire les territoires de demain, en restaurant le grand cycle de l’eau. Avec deux tendances majeures : la réouverture des rivières et l’infiltration des eaux de pluie.
 
Le 6 mai à 11h30 : le Département du Morbihan reviendra lors d’un atelier intitulé « Plans d’eau : vers une gestion intégrée des enjeux de continuité écologique et d’eutrophisation » sur son projet de renaturation de l’étang de Kergoff (5 ha), à Caudan dans le Morbihan. Construit en 1977 sur le cours principal du Plessis pour des activités de loisir, l’étang s’est dégradé au fil du temps (envasement progressif, forte dégradation de la qualité de l’eau…), ce qui a entraîné des nuisances (effluves pestilentiels, moustiques, cyanobactéries…) imposant une mise en conformité réglementaire. Les intervenants reviendront sur les étapes de ce projet : de la suppression de l’étang jusqu’aux travaux d’aménagements paysagers.

Le 6 mai à 9h30 : le Prix National du Génie écologique a récompensé fin 2020 des projets concernant la restauration de milieux aquatiques et humides. Un retour sera fait sur deux lauréats, exemplaires quant à leur gestion de l’eau et la biodiversité, par l’A-IGEco : « Restauration hydromorphologique de l’Armance, du Landion et de leurs zones humides d’accompagnement », avec le Syndicat Mixte du Bassin Versant de l’Armançon ; « Restauration hydrique et agroenvironnementale de 60 ha de milieux humides ouverts dans le marais de Chautagne (73) », avec le Conservatoire des Espaces Naturels de Savoie et Egis Eau.
 
Le 5 mai à 14h : TenCate AquaVia présentera son innovation pour une gestion alternative des eaux de pluie. Lors de leur infiltration, les eaux pluviales sont dépolluées grâce à un aquatextile oléo-dépolluant actif qui fixe les hydrocarbures dont les HAP et stimule systématiquement leur biodégradation. Lors de cet atelier intitulé « Dépolluer les eaux pluviales lors de leur infiltration », l’entreprise reviendra entre autres sur un projet concret à Bruay-sur-l’Escaut (Nord) où la place de la mairie (photo ci-dessous) a été désimperméabilisée et sous laquelle l’aquatextile a été posé. Un projet porté par le Syndicat intercommunal d’assainissement de Valenciennes.
 
 Les relations à l’usager et l’accès à l’eau

Avec la loi NOTRe de 2015, la compétence eau est passée pour partie sous le giron des intercommunalités. Cette phase de restructuration de la maîtrise d’ouvrage de l’eau en France a une conséquence : l’éloignement du politique et de l’usager. Avec un sujet clé : celui du prix de l’eau qui, du fait de cette réorganisation territoriale, peut différer selon la commune. Cette phase de transition, qui ne se terminera qu’en 2026, implique une homogénéisation de la politique tarifaire, l’intégration de l’usager aux décisions, et une réflexion indispensable sur l’accès à l’eau pour tous. Avec un système économique basé sur « l’eau paye l’eau », quid de l’impact de la réduction de la consommation sur les recettes ?
 
Le 5 mai à 16h30 : idealCO animera l’atelier « Penser le parcours de vie de l’usager pour un meilleur service de l’eau, des déchets, est-ce l’avenir ? »Installation, information, réclamation, facturation, comment bien répondre aux grandes étapes de vie de l’usager ? Quelle organisation pour réinventer un service technique tourné vers l’usager ?
 
Le 6 mai à 11h30 : Citexia soulèvera la question du prix de l’eau lors d’un atelier intitulé « Pourquoi la baisse de la consommation d’eau aura un impact social ? et comment le limiter ? » Dans un contexte où la baisse des consommations est un enjeu majeur pour la préservation de la ressource et où les besoins en renouvellement des réseaux sont importants, la recette par m3 va-t-elle devoir augmenter pour assurer l’équilibre budgétaire des services ? Quid de l’impact social de la politique tarifaire ? Quels sont les dispositifs sociaux envisageables ?
 
Par la rédaction, le 03/05/2021
Mat Environnement
L'actualité de la filière environnement.

Découvrir
S'abonner