Accès direct à Mat Environnement »
www.mat-environnement.com
Chantiers Économie Entreprises Hommes
& Métiers
Matériaux Matériels Salons Newsletters

Nous contacter
Actus
>
Matériels

A chacun son application

A chacun son application
+
Les chariots télescopiques sont utilisés dans trois types d’applications majeures : le BTP, à hauteur de 65 %, l’agriculture et le traitement des déchets (WM) à hauteur de 35 %.

Dans l’agriculture et dans le traitement des déchets, les modèles les plus vendus ont des hauteurs de levage de 6 à 8 m et de 10 m à 17 m dans le secteur de la construction. En application centres de tri ou de collecte sélective, où l’on trouve plutôt des engins compacts, les capacités de charge s’échelonnent entre 3 et 4 t pour assurer aisément, par exemple, le chargement des balles sur les camions : dans cette utilisation, les entreprises recherchent plus la capacité de levage que la hauteur, à l’inverse de ce que l’on constate dans le BTP où les charpentiers, les couvreurs, les entreprises de constructions industrielles, ont besoin de hauteur pour des applications dans lesquelles les chariots télescopiques se substituent de plus en plus aux grues, notamment les modèles à tourelle rotative.
Les capacités répondent à la même logique d’utilisation : 3 t à la base de la machine dans le BTP pour lever toutes les palettes à la hauteur maxi, entre 2,5 t et 3 t dans l’agriculture où les machines, qui totalisent généralement entre 900 et 1 000 heures/an, sont utilisées essentiellement au nettoyage des bâtiments de stabulation, à l’ensilage, à l’alimentation du bétail, à l’entretien général, ainsi qu’à la traction de remorques. À cet effet, ils sont d’ailleurs immatriculés et peuvent circuler à une vitesse de 40 km/h.

Capacités et hauteurs à la hausse

Au fil des années, les performances des machines ont connu des évolutions tant en ce qui concerne les capacités de levage que les hauteurs de travail. Ces dernières se situaient entre 5 et 6 m en 1977, puis elles sont passées à 9 m à partir de des années 1984/85 avec l’introduction du correcteur de dévers, pour dépasser les 13 m à la fin des années quatre-vingts avec l’arrivée des stabilisateurs. Aujourd’hui, certains modèles incluant correcteur de dévers et stabilisateurs dépassent largement les 20 m, devenant ainsi quasiment des grues de manutention.

Visibilité intégrale

Si les évolutions techniques relatives aux moteurs et à la transmission, au design et au poste de conduite, à la polyvalence, ont suivi la même progression que celle de l’ensemble des matériels de Travaux Publics, c’est au niveau de la visibilité et donc de la sécurité au travail que les progrès les plus déterminants ont été réalisés.
Sur les premiers chariots télescopiques, le pied de flèche était très haut, à hauteur du pavillon de la cabine. Son abaissement radical a contribué à une amélioration déterminante de la visibilité latérale arrière droite, que l’on constate aujourd’hui sur tous les modèles et qui participe à une réelle évolution de la sécurité au travail. Cette notion est importante dans la mesure où, dans la construction notamment, les machines sont utilisées de plus en plus souvent comme des engins de manutention à grande hauteur et se déplacent fréquemment sur le chantier.
Enfin, il est une application - qui découle d’ailleurs de l’augmentation des performances en hauteur, dont le développement se constate de plus en plus dans les opérations « construction » : l’installation de nacelles, sur les modèles de grande hauteur mis en œuvre pour les constructions industrielles, la rénovation de monuments historiques, l’édification de murs antibruit… Une option qui contribue à accroître la polyvalence des matériels et à rentabiliser un coût d’achat nettement supérieur à celui d’un chariot télescopique de base.


AUSA

Avec le Taurulift T 204H, Ausa a développé un concept original de chariot télescopique tout-terrain avec bras télescopique et cabine rabattable qui entre dans la catégorie des engins « super-compacts » avec une largeur inférieure à 1,60 m. Capable de lever 2 t à 4,20 m et 1 t kg à 2,60 m, le T 204H dispose d’une transmission 4x4, de trois modes directionnel et de quatre roues de grand diamètre lui assurant une garde au sol importante (340 mm). Sa compacité, une commande intuitive par joystick, sa capacité de traction sur terrains très irréguliers et humides les destinent aux manutentions en espaces très encombrés ou très réduits, grâce à un rayon de braquage de 2,90 m. L’originalité de sa cabine rabattable en facilite grandement les opérations de maintenance.


BOBCAT

Bobcat vient d’achever un programme complet de renouvellement de sa gamme de 12 télescopiques. Équipés de moteurs Diesel Tier III, ces chariots offrent des hauteurs maximales comprises entre 5,2 à et 17,40 m.
Les principales modifications concernent la réduction du niveau sonore, l’ergonomie du poste de conduite avec l’introduction d’un manipulateur proportionnel garantissant des mouvements souples et progressifs, une visibilité latérale nettement améliorée.
Deux modes d’entraînement sont désormais proposés : direct avec priorité à la vitesse de translation, plus souple avec priorité à la puissance hydraulique et au couple.
Un système d’arrêt des mouvements aggravants (AMA) destiné à éviter tout mouvement potentiellement dangereux de la flèche équipe de série tous les modèles Bobcat génération 2008.


BOURGOIN

Depuis 2007, Bourgoin a complété sa production de corn-picker par celle des télescopiques Handler, de 1,4 à 2,2 t, d’une hauteur de levage de 4,90 à 5,20 m.
Les CT 1250, CT 1865 et CT 2280 disposent d’une transmission hydrostatique par ponts mécaniques, de 4 roues motrices permanentes, d’un inverseur de marche électro-hydraulique à commande intégrée par joystick.
Fabriqués à Bournezeau en Vendée, ces matériels compacts sont adaptés aux secteurs de l’agriculture, de l’élevage, de l’horticulture… et du BTP. La gamme est conçue pour travailler en milieux étroits ou de hauteur réduite.


CASE

Case est présent sur le marché des télescopiques avec une gamme de dix modèles de 3 t à 4,5 t de capacité de levage à des hauteurs de 12,70 m à 16, 60 m. Du TX 130-30 au TX 170-45 Tier 3, ces machines présentent des caractéristiques techniques en phase avec la demande actuelle : empattement long, point d’attache de flèche bas, contrepoids bien dimensionné permettant aux modèles de 3 t de lever les charges sans stabilisateurs, moteurs montés longitudinalement sur le côté, conformes à la norme Tier 3 à partir du TX 130-40. Dotée d’une vitre incurvée et d’une surface vitrée importante, la cabine TX offre une visibilité complète autour de la machine. Aux moteurs sont associés une transmission Powershift à 4 rapports avant et 3 rapports arrière et trois modes de direction ainsi que 4 roues motrices et directrices.
Des commandes Pilot Control de série, un circuit hydraulique load sensing à répartition de débit, assurent une conduite aisée en toutes conditions.
La cabine dispose de tous les équipements proposés désormais sur un engin de Travaux Publics : visibilité périphérique, porte d’accès vitrée, servo-commandes par mono-levier, sécurité ROPS/FOPS, chauffage/dégivrage (climatisation en option), siège à réglages multiples…


CATERPILLAR

Avec six modèles de 2,5 t à 3,7 t et de 5,60 m à 13,70 m, Caterpillar dispose d’une gamme plus spécialement destinée au bâtiment. À côté du TH225, machine super-compacte de 1,96 m x 1,96 m (hauteur x largeur), le constructeur vient de lancer la TH 414 de 3,7 t à 13,70 m qui reprend l’ensemble des caractéristiques techniques propres à la marque : moteur Caterpillar ACERT™ de 101 ch, transmission PowerSynchro avec inverseur PowerShuttle à 4 rapports avant et 3 rapports AR, trois modes de direction avec réalignement automatique des roues, circuit hydraulique load sensing, cabine monocoque insonorisée et commande par monolevier électro-hydraulique à mouvements proportionnels, siège pneumatique de série, ordinateur de bord, indicateur de stabilité longitudinale avec coupure des mouvements aggravants.
D’autres caractéristiques sont propres aux chariots télescopiques Caterpillar telles qu’un châssis monobloc avec centre de gravité bas, le regroupement côté cabine des réservoirs carburant et hydraulique, tête de flèche à cinématique en Z avec un angle de bennage-cavage important, tablier à accrochage rapide mécanique ou hydraulique, cinématique en ligne avec moteur Cat longitudinal sans renvoi d’angle.
Tous les modèles sont symétriques avec flèche centrée pour une répartition uniforme des charges.
À noter qu’au premier trimestre 2009, la gamme Caterpillar sera complétée par le TH 417, d’une capacité de 4 t à 17 m de hauteur.


DIECI

Les élévateurs à déport de charge Dieci sont importés en France par Ammann Distribution qui dispose, avec plus de 30 modèles de base au catalogue, d’une offre parmi les plus étendues du marché notamment en capacité de levage : le constructeur italien a lancé l’année dernière le Pegasus 60.16 (6 t à 16 m) à tourelle rotative qui préfigurait l’arrivée du Pegasus 70.11 (7 t à 11 m), tandis qu’une ligne supplémentaire d’élévateurs à déport de charge de très forte capacité – 10 t et 20 t à 10 m – baptisée Hercule, était annoncée pour 2008.
Dans la gamme Dieci, les matériels sont classés actuellement en 7 grandes familles :
Apollo, 1 modèle de 2,5 t à 6 m ;
Dedalus, 3 modèles de 6 et 9 m ;
Zeus, 5 modèles de 7 m à 10 m ;
Runner, 7 modèles de 7 m à 13 m ;
Icarus, 6 modèles de 13 m à 17 m ;
Samson, 3 modèles de 8 m à 11,20 m.
Il convient d’ajouter à ces familles les Pegasus à tourelle rotative, sans compter les configurations spéciales proposées par le constructeur.
Basé à Montecchio Emilia, en Emilie Romagne, Dieci a été créé en 1962. La société appartient à Ciro Corregi, qui en est le président, et Francesco Manghi. Elle fabrique des élévateurs télescopiques depuis 1983 ainsi que des autobétonnières et emploie 200 personnes pour assurer une production de l’ordre de 2 200 unités en 2007.
Avec une hauteur de travail de près de 21 m et une capacité de levage de 5 000 kg à hauteur maxi, l’élévateur télescopique Pegasus 50.21 constitue le haut de gamme Dieci en hauteur. Il présente des caractéristiques qui reflètent bien la conception générale des matériels Dieci, notamment une robustesse évidente, tant au niveau du bras télescopique que du châssis dont les composants apparaissent au premier coup d’œil comme largement dimensionnés.


FARESIN HANDLER

Avec 19 modèles de 2,5 t à 4,5 t de capacité et de 6 m à 18 m de hauteur maxi de travail, Faresin Handlers dispose d’une gamme répondant aux besoins du cœur du marché, d’autant qu’elle s’est enrichie depuis la Bauma de plusieurs nouveautés intéressantes : deux élévateurs avec plateforme rotative Storm – 15.45 et 18.45 – qui permettent d’atteindre une hauteur de 18 m avec une charge utile de 4,5 t et un « petit » 6.25 « Kangourou », extrêmement compact disposant malgré tout d’une charge utile de 2,5 t et d’une hauteur de travail de 6 m.
Les deux chariots rotatifs constituent le haut de gamme du constructeur italien de Bregance, d’autant qu’ils bénéficient d’une technologie et de composants évolués : moteurs Iveco tier III de 125 ch (94 kW), transmission Sauer Danfoss, boîte de vitesses à 4 rapports, ponts Dana Spicer dotés de deux rapports mécaniques et d’une boîte à 2 vitesses.
La gestion électronique des fonctions est assurée par des connexions et capteurs CanBuspar deux boîtiers qui garantissent utilisation optimale et sécurité opérationnelle. Quant au FH 6.25, il affiche une réelle compacité avec une longueur de 4 m, une largeur de 1,80 m et une hauteur de 1,95 m.
Les solutions techniques et opérationnelles qui le caractérisent sont identiques à celles des autres modèles de la série FH : trois modes de direction, pont avant rigide, pont arrière oscillant, monolevier de commande 4 en 1, transmission hydrostatique avec pompe à débit variable, 4 roues motrices, boîte de vitesses électrohydraulique à 2 rapports, servodirection de type load sensing.
À partir du même concept technologique, tous les modèles sont disponibles en version Agri, HS et TR : « Agri » avec prise de force hydraulique arrière ; « HS » dotée d’une boîte mécanique à deux rapports et homologation à 40 km/h ; « TR » équipée d’un poste de conduite OCDE, boîte mécanique à 2 rapports, 40 km/h, prise hydraulique AR à double effet…


GENIE

Depuis 2005, Génie (groupe Terex) a complété son offre en s’assurant la maîtrise de la conception et de la fabrication de ses chariots télescopiques dans son usine italienne, ainsi que leur distribution et leur service après-vente, notamment dans notre pays, à partir du siège de la filiale française à Gallardon (28) et au travers d’un réseau renforcé de concessionnaires.
La gamme est constituée de deux modèles « compacts », de six modèles « supérieurs » et de six modèles « rotatifs ». Elle répond ainsi à l’ensemble des besoins des entreprises de construction et de l’industrie.
Les tout-terrains « compacts » GTH-2506 et GTH-3007 offrent des hauteurs de travail de 5,75 m et de 6,85 m et des capacités de levage de 2,5 t et 3 t.
Les tout-terrains « supérieurs », du GTH-3512 au GTH-4017 disposent de hauteurs de travail de 9,82 m à 16,73 m et de capacités de levage de 3,5 t à 4,5 t.
Les polyvalents « rotatifs » sont proposés, du GTH-3514R au GTH-6025R, avec des hauteurs de travail de 13,55 m à 24,84 m et des capacités de levage de 3,5 t à 6 t.
Lors du récent salon Apex, Genie a présenté le GTH 4017 SX, de 4 t à 17,19 m qui dispose d’une capacité de 700 kg à une portée horizontale maxi de 13,33 m.
Parmi ses caractéristiques techniques, il faut noter une transmission hydrostatique commandée électroniquement avec une fonction ralentie pour les opérations à faible vitesse, ainsi qu’un joystick hydraulique multifonction 4x1 assurant des mouvements progressifs et simultanés.
Le GTH 4017 SX est équipée de la cabine nouvelle génération, plus ergonomique et plus confortable comportant notamment des diagrammes de charge dans le champ de vision du conducteur.
Il est animé par un moteur Perkins de 101 ch (74,5 kW), conforme à la réglementation Tier 3.


HAULOTTE

C’est à la Bauma 2007 que le groupe Haulotte a présenté les premiers modèles d’une gamme de chariots télescopiques, conçus et développés en interne et baptisés HTL (Haulotte Top Lift).
Ils sont fabriqués dans l’usine espagnole du constructeur, à Santander et distribués en direct, principalement à l’intention des loueurs.
Les HTL 4014 et HTL 4017 offrent des capacités de charge de 4 t à des hauteurs maximales de levage de 14,10 m et 17,20 m. Ils se situent donc au cœur du marché.
Ces matériels issus de la parfaite maîtrise de la manutention et du levage du constructeur français, intègrent l’ensemble des innovations technologiques développées dans le domaine des nacelles élévatrices. Un transfert de technologie qui doit garantir confort d’utilisation et haut niveau de sécurité.
Les Top Lift innovent en matière de compacité, de pollution, de confort, de facilité de mise en œuvre et de transport. Deux stabilisateurs avant viennent renforcer leur stabilité dans toutes les configurations : le calage jusqu’à un angle de flèche de 20 o est possible. Un système de blocage du pont arrière conforte cette caractéristique puisque la solidarisation des deux essieux fait plus que doubler la surface de stabilisation habituelle.
Le confort est de mise en cabine avec une structure ROPS/FOPS, une insonorisation poussée, la climatisation en option, un siège réglable, un manipulateur multifonction pour piloter toutes les fonctions d’une seule main. De plus, l’assistance électronique permet d’amortir tous les effets dynamiques.
La transmission hydrostatique, quatre roues motrices et directrices, la précision de la direction assistée, la maniabilité du joystick permettent une bonne exploitation des performances des deux machines, tandis que le système hydraulique « load sensing sharing » garantit souplesse et puissance dans tous les mouvements. La qualité des sous-ensembles mécaniques, hydrauliques et électriques assure par ailleurs la fiabilité des matériels dans le temps.


JCB

À partir de deux de ses Telescopic les plus vendus dans le monde – 535-125 et 535-150, JCB a développé sa gamme HiViz qui apporte une amélioration significative en matière de visibilité et de productivité.
Sur les nouveaux modèles, la visibilité panoramique a été améliorée de 10 %, notamment vers l’arrière des machines, par rapport aux modèles précédents. Pour parvenir à ce résultat, JCB a raccourci de 235 mm en hauteur l’axe inférieur de la flèche.
Par ailleurs, l’emploi de nouveaux matériaux et composants sur ces machines a permis de diminuer de 13 % la section globale de la flèche. En outre, les Telescopic HiViz sont dotés d’un châssis arrière plus compact, qui entraîne une réduction de 90 mm du porte à faux arrière. Les autres améliorations comprennent de nouveaux essieux avec des angles de braquage plus grands, ce qui diminue le rayon de braquage des machines d’environ 250 mm pour atteindre 3,75 m.
Par ailleurs, le 535-125 HV et le 535-140 HV sont les premiers à incorporer un tableau de bord et une disposition des commandes repensés, avec une instrumentation facile à lire grâce au regroupement de tous les cadrans, de même type sur une seule unité d’affichage. Elles comptent désormais un écran à cristaux liquides qui, par la simple pression d’un bouton, permet de consulter le temps restant avant l’entretien suivant et les distances parcourues.
La nouvelle instrumentation intègre des témoins d’avertissement, dont un qui alerte l’opérateur lorsque les stabilisateurs sont en appui.
Les deux modèles conservent leurs capacités de levage, ainsi que les points forts de la gamme JCB : environnement de travail, moteur Diselmax, transmission powershift et essieux JCB, commandes hydrauliques, tablier Q-Fit pour un changement rapide des équipements, moteur monté latéralement.
En 2006, JCB a franchi un cap en devenant la première marque à avoir vendu 100 000 Telescopic.
Le constructeur a investi récemment 13 millions d’euros dans une seconde chaîne de production de Telescopic dans son usine de Rocester, au Royaume-Uni et a augmenté la production de son usine de Savannah, en Géorgie (États-Unis).


JLG

Les nouveaux chariots télescopiques « PS » que JLG Industries a lancés lors de la Bauma 2007 présentent de nombreuses améliorations par rapport aux séries précédentes 3500 et 4000. Le système hydraulique est toujours constitué d’une pompe à haut débit (132 l/min), à débit variable par détection de charge de type load sensing, à laquelle est associé un distributeur à compensation de débit. La commande proportionnelle est donc plus sensible et pondérée, ce qui permet d’obtenir des cycles plus rapides et d’optimiser la puissance de la machine en améliorant son efficacité générale, ses performances et en réduisant sa consommation de carburant.
La transmission éprouvée des modèles 3500 et 4000, entraînée par un moteur turbo Diesel Perkins 1104.44 Tier II de 100 ch (94 kW) via une transmission powershift à quatre rapports et les principaux composants de la structure de la machine (châssis et flèches) sont conservés. Des dispositions nécessaires pour recevoir le nouveau moteur Tier III Perkins ont déjà été intégrées aux matériels JLG.
À l’extérieur, un nouveau capot moteur plus robuste remplace la version en fibre de verre et apporte une meilleure isolation thermique et sonore. Un nouveau système de commande électronique conçu par JLG contrôle le moteur et l’installation hydraulique. Par ailleurs, l’entretien est facilité grâce à un dispositif d’analyse embarqué. Il inclut un système d’antivol perfectionné. La cabine, entièrement redessinée, offre un confort supérieur. Elle dispose d’un aménagement plus ergonomique.
Les nouveaux modèles sont les JLG 3508PS, 3509PS, 3512PS, 3513PS, avec une capacité de levage maximale de 3,5 t et les JLG 4 008PS, 4 009PS, 4 012PS, 4 013PS, avec une capacité de levage maxi de 4 t et des hauteurs de levage maximales respectives de 7,90 m, 9,0 m, 11,50 m, 13 m et 17 m.


KOMATSU

La gamme de chariots télescopiques Komatsu est forte de 6 modèles du WH609 au WH716 offrant des capacités de charge de 3,5 t à 4,5 t et de hauteur de levage de 9 m à 16,10 m. Elle se situe donc au cœur du marché et constitue une offre complète pour l’ensemble des applications dans la construction. Afin de diversifier son offre, le constructeur propose depuis l’année dernière deux équipements complémentaires : des plates-formes de travail et des treuils de transport d’une capacité jusqu’à 3 000 kg.
L’ensemble de la gamme est développé autour d’une conception unique faisant appel exclusivement à des composants Komatsu :
moteur Diesel atmosphérique ou suralimenté par turbo ;
transmission à changement de vitesses sous charge par levier pivotant pour la vitesse et le sens de marche ;
trois modes de direction par pression simultanée sur trois boutons pour éviter tout changement accidentel ;
système hydraulique CLSS (Closed Load Sensing System) à centre fermé avec détection de charge et pompe à piston variable ;
servo-commande par manipulateur pour le bras et l’équipement permettant d’effectuer trois mouvements simultanés et proportionnels.
La cabine à structure ROPS/FOPS présente une disposition moderne et ergonomique. Elle est montée sur plots élastiques et dispose d’un siège suspendu, d’une colonne de direction réglable, de la climatisation (en option), d’un écran de contrôle LCD complété par plusieurs témoins lumineux (vitesse, régime moteur, niveau de carburant, température de l’eau…).


KRAMER

Kramer est un acteur récent sur le marché des chariots télescopiques, puisque le constructeur a présenté ses premiers modèles en 2006. Depuis, la gamme a déjà connu quelques évolutions et comprend depuis la Bauma trois modèles – 3307, 4507 et 4009 – de 7,10 m et 8,95 m de hauteur de levage avec des capacités de 3,3, 4,4 et 4,0 t.
Ces matériels bénéficient du même sérieux de conception et de construction qui ont fait la réputation de la marque sur le marché des chargeuses sur pneus et des chargeuses à bras télescopiques. Leurs performances s’appuient sur le même principe éprouvé : un châssis monobloc assurant une stabilité élevée, une direction à quatre roues apportant une bonne maniabilité. Les chariots télescopiques Kramer représentent le prolongement logique de l’offre produit du constructeur d’Uberlingen.
Ces matériels sont disponibles avec une transmission hydrostatique avec réglage progressif garantissant une traction maximale sur toute la plage de vitesse. La commutation de la direction sur le pont avant permet par ailleurs de parcourir de longues distances en toute sécurité.
Kramer met également l’accent sur les qualités de visibilité et d’ergonomie de la cabine.
Les composants et leurs principes de fonctionnement sont d’actualité : moteurs Deutz suralimentés par turbo, transmission hydrostatique à cylindrée variable, ponts moteurs et directeurs avec réducteur à train planétaire, direction à synchronisation électronique, freins multidisques à bain d’huile.


LIEBHERR

Les premiers chariots télescopiques Liebherr sont désormais proposés sur le marché français, notamment par l’intermédiaire de Liebherr Location France, après avoir été lancés officiellement lors de la Bauma 2007.
Quatre modèles sont disponibles, offrant des capacités de charge de 3,5 t et 4,5 t et des hauteurs maximales de levage de 10 m et 13 m.
Les TL 435-10, TL 435-13, TL 445-10 et TL 442-13 sont équipés du nouveau moteur Diesel Liebherr DT 504ti, 4 cylindres en ligne suralimenté par turbo, développant 109 ch (80 kW), conforme aux directives 97/68/EG, 2004/26/CE phase IIIA et EPA/CARB Tier 3.
Le positionnement adéquat du centre de gravité, rendu possible par une articulation basse de la flèche télescopique, leur procure une excellente stabilité aussi bien en levage qu’en chargement et offre une capacité de levage particulièrement avantageuse sur les hauteurs d’attaque supérieures. Afin d’optimiser la rigidité en flexion, la flèche télescopique est dotée d’une membrure intérieure présentant une courbure semi-ronde continue. Ce principe structurel s’est avéré depuis longtemps être la disposition idéale pour les grues automotrices Liebherr afin d’atteindre des capacités de charge maximales.
Une hydraulique de travail moderne et la transmission hydrostatique chère à la marque contribuent à l’efficacité sur chantier de ces matériels.
Les quatre chariots télescopiques disposent du même châssis et les quatre roues motrices et directrices, avec marche en crabe, permettent un rayon de braquage de 3,80 m, c’est-à-dire extrêmement réduit. Les trois modes de direction sont disponibles par présélection électronique sans qu’il soit donc nécessaire d’aligner les roues avant de passer d’un mode à l’autre.
Toutes les fonctions sont commandées par un manipulateur unique sur lequel sont intégrés les sélecteurs de direction afin de faciliter les déplacements avant et arrière.
En actionnant la fonction électronique de commande sensible, le conducteur a la possibilité de réduire, en trois étapes, la vitesse de l’hydraulique de travail et de translation afin de disposer d’une précision de travail encore plus grande.
Un dispositif de limitation du moment de charge est disponible de série, afin de réduire automatiquement la vitesse de l’hydraulique de travail pour s’approcher en toute sécurité de la charge nominale maximale.


MANITOU

Plus de 50 modèles de la gamme Manitou, répartis en quatre familles, sont dédiés au marché de la construction. Les derniers d’entre eux, regroupés au sein de la série MT Privilège, méritent bien leur nom car ils définissent de nouvelles normes en matière de design, de sécurité, de performances et de confort.
Les Maniscopic Privilège constituent une famille de chariots télescopiques de 14 et 18 m principalement destinés aux professionnels de la construction, qui se décline en quatre versions :
la version « R » pour Rent est plutôt destinée au secteur de la location avec une motorisation atmosphérique sur les MT 1436 R et MT 1840 R, une cabine moins sophistiquée que celle des trois autres versions, des commandes mécaniques, etc. ;
la version « EP », électro-proportionnel pour les manipulateurs et évolutif pour installer une nacelle ou une radio-commande (modèles MT 1440 EP et MT 1840 EP) ;
la version « A » pour « Access », sur les MT 1440 A et 1840 A, configurée avec nacelle en standard, d’une capacité de 1 000 kg ;
la version S, pour « Standard » polyvalente pour les entreprises de bâtiment.
Pour le design des MT Privilège, le choix des couleurs, le confort intérieur des cabines, l’ergonomie des commandes…, le bureau d’études de Manitou s’est inspiré de ce qui se fait dans l’industrie automobile.
Cette conception se traduit par un volume de cabine de 2 m3, soit une augmentation de l’ordre de 20 % par rapport aux précédentes. Une attention particulière a été apportée à la gestion des flux thermiques de façon à procurer une réelle sensation de confort à l’intérieur du poste de conduite dont le niveau sonore est abaissé à 69 dB.
Manitou propose le choix entre une transmission hydrostatique traditionnelle et un convertisseur de couple à régulation « soft-shift ».
Véritable prolongement du bras de l’opérateur, le JSM (Joystick Switch and Move) permet un contrôle de tous les mouvements de la machine au creux de la main. Le placement et le chargement d’une palette sont rendus possible par une seule main ; levage et télescopage d’un côté, levage et cavage de l’autre. L’inverseur de direction est intégré pour une commande de la main droite, libérant la gauche pour une position permanente sur le volant.
La forme profilée du joystick assure une adhérence parfaite.
Enfin, depuis septembre 2008, deux nouveaux modèles complètent la série privilège : MT 1440 H et HA et 1840 H et HA à transmission hydrostatique, c’est-à-dire en version standard et Access.


MERLO

Acteur majeur s’il en est sur le marché mondial des chariots télescopiques, Merlo est également l’une des marques offrant la gamme la plus complète du marché tant en ce qui concerne les chariots télescopiques « classiques », avec plus de 20 « Panoramic », de 6,50 m à 18 m de hauteur, que « rotatifs » avec 10 « Roto », allant jusqu’à 32 m de hauteur.
En 2007, outre une gamme complètement rénovée de ses Roto ainsi que le premier modèle d’une nouvelle génération de Panoramic, Merlo a présenté un système de levage tout terrain révolutionnaire offrant la maniabilité et la stabilité d’un matériel traditionnel : les plateformes aériennes MPR.
Les nouveaux Roto MCSS compacts ont été développés dans l’esprit d’innovation qui caractérise la série. Désormais, la rotation de la tourelle arrive à 415 °, les engins sont plus minces de 5 cm et plus courts de 13 cm, mais leur capacité de charge s’est accrue grâce à l’incrément de la zone de stabilisation.
Les flèches télescopiques sont construites suivant la technologie Merlo du « tout dedans », les commandes sont assurées par mono-leviers « 5 en 1 » électroproportionnels, le tableau de bord est de type tactile à fonctionnement par effleurement, le système hydraulique est alimenté par une pompe à cylindrée variable à commande load sensing.
À ceci s’ajoutent des suspensions hydropneumatiques à trois types de réglages : automatique, manuel ou bloqué.
Le P 55.9 CS se distingue par un dessin de châssis permettant d’obtenir une visibilité supérieure à celle des Panoramic précédents, grâce à un point de fixation de flèche encore plus bas, mais surtout par une suspension hydropneumatique de la cabine.
Ce système absorbe toutes les sollicitations et vibrations transmises par le terrain. Il peut être désactivé en fonction des exigences de celui-ci.
D’autres choix techniques participent à l’amélioration du confort et des performances : nouveaux essieux à réducteurs épicycloïdaux, moteur de 140 ch homologué tier III, tablier porte-outil à nouvelle cinématique…


NEW HOLLAND

Avec le lancement des deux nouveaux chariots télescopiques LM1133 et LM732, New Holland dispose désormais d’une gamme complète de 10 modèles dont les capacités de charge s’échelonnent de 3 t à 4,5 t et les hauteurs de maxi de levage de 7 m à 17 m.
Convaincu que ce type de matériel constitue un produit-clé dans l’offre d’un « full liner » qu’il s’efforce de devenir, New Holland a lancé rapidement un modèle de 17 m, deux modèles de 14 m et cinq de 13 m.
Ces engins sont construits dans l’usine de Lecce, en Italie, centre « d’excellence » du constructeur pour les chargeurs sur chenilles, les chargeuses sur pneus et les chariots télescopiques.
Le LM1133 est conçu pour répondre aux besoins des entreprises de bâtiment notamment pour les travaux de couverture et de charpente. Avec une capacité de 3,2 t à une hauteur de 7 m, le LM732 offre une polyvalence que devraient privilégier les loueurs.
La stabilité est un point important de leur conception. L’empattement long de la gamme actuelle est conservé. Un vérin de compensation breveté permet la mise à niveau automatique des outils. Trois modes direction procurent une bonne maniabilité, ainsi qu’un rayon de braquage court, la transmission 4x4, le changement de rapport et le sens de direction étant pilotés par un manipulateur unique à contrôle électrohydraulique (9 fonctions).
Par La rédaction, le 15/01/2009
Mat Environnement
Le magazine des matériels pour la filière environnement.
Découvrir
S'abonner