x
Menu  
À la une   Chantiers   Économie   Entreprises   Hommes & Métiers   Matériaux   Matériels   Salons   Newsletters
La fibre lin fait son analyse de cycle de vie à la mode européenne
La fibre lin fait son analyse de cycle de vie à la mode européenne
La Confédération européenne du lin et du chanvre (CELC) publie les premiers résultats d’une étude sur le cycle de vie du Lin européen, menée selon la nouvelle méthode mise en place par la Commission Européenne et baptisée PEF (Product Environnemental Footprint).

Avec 80% de la production mondiale, la fibre Lin ouest-européenne occupe aujourd’hui une position de leadership. La filière est engagée en termes de RSE, grâce à des méthodes de production à faible impact : culture de rotation, raisonnée, sans OGM, sans défoliant, et sans irrigation (sauf circonstances exceptionnelles). Par ailleurs, la fibre est obtenue par une extraction (teillage) 100 % mécanique qui ne génère aucun déchet, valorisant 100 % de la plante.

Commanditée par la CELC, cette analyse de cycle de vie (ACV) permet de mesurer les effets de ces pratiques responsables en termes d’impacts environnementaux, et d’apporter des données fiables, robustes  et représentatives de la fibre longue "European Flax" cultivée et teillée en France, en Belgique et aux Pays-Bas. Elle est toutefois - sous son format actuel - non comparative, faute de données PEF sur les autres fibres ou produits.

Réalisée par le bureau d’études Yukan, puis validée en revue critique par Maki Consulting, elle s’appuie sur l’expertise et les données terrain des instituts techniques agricoles référents pour la culture du lin en Europe de l’Ouest : Arvallis Institut du Végétal pour la France et Inagro pour la Belgique et les Pays Bas.

Des impacts essentiellement agricoles

Parmi  les résultats, on relève que 92 % des impacts de la filière viennent de la culture du Lin, et seulement 7% du teillage et 1% du transport de la paille de Lin, du fait de la proximité entre champs et teillages.
Par ailleurs, 88 % des impacts sont concentrés sur 7 catégories dont le changement climatique (13 %).
L’impact le plus important (39 % des impacts) concerne l’utilisation des terres du fait de l’origine agricole et végétale du lin. Le lin ne représente néanmoins qu’une part faible dans la surface agricole utile (SAU) : 0,33 % dans les trois pays France-Belgique-Pays Bas. Malgré cette origine agricole,  la consommation d’eau et l’eutrophisation des  eaux douces ne représentent respectivement que 2 % et 1 % des impacts : en effet, le lin ouest européen ne s’irrigue pas sauf en cas de circonstances exceptionnelles et sa culture ne fait qu’une utilisation modérée de fertilisants (phosphore).
 
 
Des études complémentaires, concernant le peignage, la filature, le tissage, le tricotage et jusqu’au produit fini seront menées afin de calculer l’ACV moyenne d’un semi-produit en lin à périmètre européen. Les résultats vont permettre au secteur d’anticiper sa démarche de mise en conformité avec les réglementations européennes à venir. Ils constituent également des outils stratégiques pour les entreprises et les marques qui pourront ainsi calculer le score PEF de leurs produits, avec des données propres à la filière européenne du Lin.
 
Par Bruno Mortgat, le 12/02/2022
Mat Environnement
L'actualité de la filière environnement.

Découvrir
S'abonner