x
Menu  
À la une   Chantiers   Économie   Entreprises   Hommes & Métiers   Matériaux   Matériels   Salons   Newsletters
Nouveau rapport CARTO Amiante
Nouveau rapport CARTO Amiante
Le rapport CARTO Amiante débuté en 2014 a été mis à jour en incluant les résultats de 4 nouvelles situations de travail et des résultats d’empoussièrement encourageants.

La DGT, l’OPPBTP et l’INRS, représentant l’Assurance Maladie – Risques professionnels, ont initié en 2014 le projet CARTO Amiante. Cette opération sans équivalent en Europe permet d’établir une cartographie de l’empoussièrement amiante des processus de travail les plus courants du BTP en sous-section 4 (SS4).

Dans ce cadre, les partenaires ont présenté en 2017, puis en 2019, deux séries de résultats et de préconisations issus d’une campagne massive de mesurage d’empoussièrement, concernant au total 11 situations de travail.

Aujourd’hui, le rapport CARTO Amiante a été mis à jour en incluant les résultats de 4 nouvelles situations de travail. Ils reflètent une amélioration des modes opératoires intégrant la mise en œuvre de processus innovants.

Le troisième rapport CARTO Amiante est issu de l’analyse de 398 mesures d’empoussièrement menées sur les chantiers de 168 entreprises. Ces mesures ont été réalisées dans le cadre de 15 situations de travail différentes, dont 4 nouvelles (en gras) :
• Perçage de dalles et revêtements de sol,
• Recouvrement de dalles et revêtements de sol,
• Vissage et dévissage sur dalles et revêtements de sol,
• Décollement de quelques dalles et revêtements de sol,
• Perçage de peintures et enduits intérieurs,
• Application de peinture ou d’enduit sur peintures et enduits intérieurs,
• Pose de toile de verre ou de papier peint sur peintures et enduits intérieurs,
• Dépose de papier peint (raclage) sur peintures et enduits intérieurs,
• Grattage manuel sur peintures et enduits intérieurs,
• Découpe et démontage par outils manuels de canalisations extérieures en amiante ciment,
• Démontage et déconstruction de quelques éléments de la toiture,
• Démoussage de toiture,
• Perçage de colle de carrelage faïence,
• Décollement de carreaux de faïence collée avec de la colle amiantée,
• Perçage de peintures et enduits de façade extérieure.

Les résultats sont très encourageants avec globalement de faibles niveaux d’empoussièrement. En effet, sur 15 processus de travail exploitables, 13 sont de niveau d’empoussièrement 1 (empoussièrement inférieur à 100 fibres/litre) et 2 sont de niveau 2 (empoussièrement compris entre 100 et 6 000 fibres/litre).

Cela permet donc de conclure qu’il existe des solutions opérationnelles simples en matière de prévention du risque amiante qui, si le geste professionnel de l’opérateur est maîtrisé et si le mode opératoire de chaque situation est respecté, permettent d’obtenir ces résultats.

 
Par la rédaction, le 02/07/2021
Mat Environnement
L'actualité de la filière environnement.

Découvrir
S'abonner