x
Menu  
À la une   Chantiers   Économie   Entreprises   Hommes & Métiers   Matériaux   Matériels   Salons   Newsletters
La qualité acoustique des logements en question
La qualité acoustique des logements en question
Le syndicat CINOV GIAc – qui regroupe les ingénieurs-conseils et les bureaux d’études indépendants spécialisés en acoustique dans les secteurs du bâtiment, de l’environnement et de l’industrie – pointe la qualité acoustique des bâtiments, largement insuffisante à l’heure  actuelle pour protéger les occupants.

On estime que près de 20 % de la population européenne est exposée de manière chronique à des niveaux de bruit préjudiciables à la santé humaine, ce qui représente plus de 100 millions de personnes concernées.

Une étude réalisée par le Conseil National du Bruit et l’Ademe pointe 3 principales causes à ces nuisances sonores et aux coûts sociaux induits : (68 %) proviennent du bruit des transports pour 106,4 Md€, 26,3 Md€ (16,9 %) du bruit de voisinage et 21 Md€ (13,5 %) du bruit dans le milieu du travail. Les dépenses en surveillance et en recherche sont elles estimées à 2 Md€ (1 %).

L’étude CNB/Ademe attribue 106,4 milliards aux bruits des transports, et 26,3 milliards aux bruits de voisinage. CINOV GIAc note que ces 132,7 milliards ont été évalués en considérant les effets négatifs du bruit reçu par les riverains à leur domicile et précise que ce bruit reçu au domicile, s’il dépend bien sûr des sources, dépend également de la propagation entre la source et l’oreille, donc de la qualité acoustique du bâtiment d’habitation du riverain impacté.

« Une autre lecture de cette étude peut, et doit donc être faite », estime  Jean-Paul van Cuyck, président de CINOV GIAc. «La qualité acoustique des logements est insuffisante pour protéger les occupants, et ce défaut de protection coûte 132 milliards d’euros chaque année ! ».

Selon CINOV GIAc, les solutions à cette problématique sanitaire et économique majeure doivent être recherchées autant au niveau des sources de nuisances sonores qu’au niveau des bâtiments.

« A l’heure où le volet « habiter » du projet de loi climat et résilience est en train d’être débattu au parlement, il devient primordial de prendre en compte la qualité acoustique dans les programmes de rénovation des logements. Il s’agit d’un devoir moral et d’une nécessité sociale mais c’est aussi une question de santé publique et d’économies. » déclare Jean-Paul van Cuyck.

« Cette réflexion sur le confort acoustique des logements s’impose d’autant plus que l’actualité récente  fait  craindre  une  nouvelle  vague  de  la  pandémie  de  COVID-19  et  d’éventuelles  nouvelles  mesures de confinement, transformant à nouveau le logement en lieu de travail.»
Par la rédaction, le 23/07/2021
Mat Environnement
L'actualité de la filière environnement.

Découvrir
S'abonner