x
Menu  
À la une   Chantiers   Économie   Entreprises   Hommes & Métiers   Matériaux   Matériels   Salons   Newsletters
20 % de matériaux biosourcés d’ici cinq ans
20 % de matériaux biosourcés d’ici cinq ans
À l’heure du réchauffement climatique et de l’entrée en vigueur de la RE2020, et alors que les prix des matières premières flambent, les professionnels des matériaux biosourcés, et notamment les industriels des isolants biosourcés, regroupés au sein de l’Association des Industriels de la Construction Biosourcée (AICB), s’organisent afin d’apporter une réponse pertinente aux priorités du secteur de la construction. 
 
En France, 130 millions de mètres carrés d’isolants biosourcés ont été vendus sur la période entre 2015 et 2020. « Cela représente +87 % de croissance en volume des m2, et +58 % de croissance du chiffre d’affaires entre 2016 et 2020, souligne Olivier Joreau, président de l’AICB. L’écart de croissance entre la surface vendue et le chiffre d’affaires s’explique principalement par la massification de la production. Les acteurs s’engouffrant dans la brèche au vu de ce marché dynamique ». Preuve supplémentaire s’il en fallait, l’année 2019, les isolants biosourcés vendus représentaient 10 % du marché de l’isolation (contre 8% en 2015). « En 2020, la filière prévoit la vente de 27 millions de m2 d’isolants biosourcés, soit 84 000 maisons individuelles isolées. Sur ce marché déjà en croissance, compte tenu des cadres réglementaires et des dispositifs qui se mettent en place, les industriels de l’AICB, prévoient un doublement des volumes à l’horizon de 5 ans », ajoute le président. 
 
Crédit photo : Biofib
 
Massifier l’offre matériaux
 
À ce jour, le territoire dispose de 10 unités de production de matériaux biosourcés. Des sites qui réunissent 4 000 emplois directs et indirects. Les perspectives encourageantes en volume d’ici à 2025 ont convaincu les industriels de redoubler leurs investissements à court et moyen terme afin de d’augmenter les capacités de production et répondre dans de bonnes conditions à cette demande. L’AICB vient justement de se doter d’un nouveau site internet dont la vocation est d’informer sur le bâtiment biosourcé et en particulier sur la filière industrielle. Le site recensera un grand nombre de réalisations de bâtiments (ERP, bureaux, logements collectifs, etc.) qui permettra notamment aux prescripteurs et maîtres d’ouvrages de s’inspirer des retours d’expérience sur l’ensemble de la France et de s’informer sur la manière de produire autrement. 2020 sera donc l’année de la visibilité, sans perdre de vue l’objectif : passer de 10 % à 20 % de matériaux biosourcés dans le bâtiment. 
 
Crédit photo : Relais Metisse
  
Performance et qualité
 
« En parallèle, nos professionnels se structurent dans l’optique de fournir des garanties sur la performance et la qualité des produits qui s’inscrivent dans les cadres normatifs et de certification du bâtiment, poursuit Olivier Joreau. Ils entendent également garantir une totale transparence sur le contenu en biosourcé des produits commercialisés, grâce à la labélisation « Produit Biosourcé » ». Malgré les idées reçues, on ne constate pas d’écart de coûts majeur avec les isolant classique de type laine de verre. Les projets pilotés en amont par les architectes sont généralement bien pensés afin d’éviter les dérapages budgétaires. « Le surcoût est induit par un apport technique supplémentaire parfois négligé dans l’approche, rappelle le président. Avec la massification de la production, il est à prévoir un rapprochement avec les prix des matériaux de construction traditionnels ».
 
Crédit photo : Steico
 
Vers des bâtiments plus durables
 
Les avantages carbone sont indéniables : 975 000 t eqCO2 ont été stockés depuis 2016 par les matériaux biosourcés. Soit les émissions de CO2 émises par 620 000 m2 de bureaux ou celles d’un véhicule moyen ayant réalisé 8,7 milliards de km. « Nous ne participons pas à l’épuisement des ressources, complète Dominique Cottineau, délégué général de l’AICB. Mais nos matériaux participent à la fois à l’amélioration de la qualité de l’habitat, de l’environnement et de la durée de vie du bâtiment ».  
 
Crédit photo : Karibati

 
Par Julia Tortorici, le 02/04/2021
Mat Environnement
L'actualité de la filière environnement.

Découvrir
S'abonner