x
Menu  
À la une   Chantiers   Économie   Entreprises   Hommes & Métiers   Matériaux   Matériels   Salons   Newsletters
Covid-19 : Une catastrophe pour les professionnels du paysage
Covid-19 : Une catastrophe pour les professionnels du paysage
Dans une lettre adressée aux professionnels de la filière du végétal, Mikaël Mercier, pépiniériste et président de Val’hor, l’Interprofession française de l’horticulture, de la fleuristerie et du paysage, s’alarme des conséquences de la crise sanitaire sur les entreprises du secteur dans une lettre qui leur est adressée.
 
« Ce qui arrive aujourd’hui est catastrophique pour notre filière », c’est par ces mots que commence la lettre de Mikaël Mercier, président de Val’hor, adressée aux professionnels du paysage. En effet, le printemps constitue traditionnellement un pic dans l’activité des entreprises de la filière, qui sont aujourd’hui « fermées ou en quasi-arrêt » pour « stopper la propagation du virus ». Ainsi, cette période exceptionnelle « aura un impact considérable » alors que « 50 % du chiffre d’affaires devrait se faire là, maintenant, sur 3 mois ».
 
Y aura-t-il encore des paysagistes demain ?
Très inquiet, Mikaël Mercier se demande même s’il y aura « encore demain des fleurs et des plantes françaises, des grossistes, des fleuristes, des jardineries et des paysagistes » ! Toutefois, il indique que l’organisation professionnelle a commencé à travailler à un scénario de sortie de crise, tout en faisant « l’inventaire de tout ce qui va être jeté, perdu pour évaluer le manque à gagner ».
 
Avant d’énumérer les différentes mesures d’accompagnement et les informations des fédérations membres de Val’hor, Mikaël Mercier salue « le travail et l’engagement des présidents de familles, de tous les responsables professionnels et leurs équipes pour alerter, faire remonter l’information vers le gouvernement ou faire descendre l’information vers leurs adhérents ».
 
Enfin, il termine sa lettre par un appel à la solidarité : « Il faut que l’on soit solidaires de la nation, il faut que l’on soit solidaires entre nous. Ne bloquons pas les paiements entre nous dans la filière, appelons le collègue, le fournisseur pour savoir comment il va, échangeons sur ce que l’on fait. »
Par FB, le 20/03/2020
Mat Environnement
L'actualité de la filière environnement.

Découvrir
S'abonner