x
Menu  
À la une   Chantiers   Économie   Entreprises   Hommes & Métiers   Matériaux   Matériels   Salons   Newsletters
Loi anti-gaspillage et économie circulaire : la FFB réagit
Loi anti-gaspillage et économie circulaire : la FFB réagit
Lors de l’examen en conseil des ministres de la loi anti-gaspillage et économie circulaire, la FFB a trouvé que certaines informations étaient parfois incomplètes voire erronées en stigmatisant, selon elle, injustement le bâtiment. Elle a donc souhaité réagir en rappelant les chiffres officiels.

En France, 70% des déchets proviennent du bâtiment et des travaux publics, soit environ 228 millions de tonnes. Parmi eux, 93 % sont des déchets inertes (gravats, terre non polluée, béton, enrobé, brique, tuile, etc.). Ainsi, conformément à l’objectif européen, ils sont déjà valorisés aux 2/3, principalement en sous-couches routières et en remblais de carrière.

Pour la FFB, l’enjeu du recyclage des déchets porte donc surtout sur le second œuvre (bois, plâtre, verre, isolants, etc.) qui représente 10 millions de tonnes soit 3 % des déchets produits en France. Un taux bien éloigné de celui évoqué en conseil des ministres mercredi dernier. A cette occasion, Brune Poirson, secrétaire d’Etat à la transition écologique avait d’ailleurs ciblé directement le secteur du BTP.

Citée par Reuters, elle affirme : « un des secteurs qui doivent réagir, c’est la construction. Sur nos  4,6 tonnes de déchets annuelles, 600  kg seulement sont des déchets ménagers, 700 kg des déchets d’entreprise. Tout le reste,  soit 3,4 tonnes, vient du BTP !”

Un discours qui n’a pas plu à Jacques Chanut, président de la FFB. Il déclare : « Cessons de stigmatiser un secteur qui valorise déjà les 2/3 de ses déchets et qui a bien l’intention de continuer à progresser. Nous faisons de la lutte contre les dépôts sauvages une priorité. Augmenter le nombre de points de collecte publics comme privés est une condition sine qua non pour y parvenir. ».

Pour la fédération, l’une des solutions serait la mise en place d’une contribution prélevée sur une assiette large de produits et matériaux (y compris ceux qui sont importés ou vendus en GSB aux particuliers). Cette contribution servirait, sous le pilotage d’une interprofession à construire avec l’ensemble des acteurs, à financer d’une part des actions ciblées pour développer le recyclage, d’autre part à renforcer le maillage territorial en points de collecte, publics ou privés.
 
Par La rédaction, le 11/07/2019
Mat Environnement
L'actualité de la filière environnement.

Découvrir
S'abonner